HUMEURS

Journée des droits de la femme : pourquoi on ne veut pas de fleurs

“C’est la journée de la femme demain, c’est pour ça, on a eu des fleurs”. J’ai entendu cette phrase hier, et depuis, elle me trotte dans la tête. C’est donc parti pour le premier article humeur de ce blog, parce qu’en tant que femme ben, le féminisme me tient un peu à cœur. Traitez moi de féminazie ou d’hystérique si vous voulez, mais non, ce n’est PAS la journée de la femme. Les gars, c’est la journée internationale des droits de la femme. Et je suis désolée de vous apprendre qu’il y a une très grosse différence.

C’est la journée qui vise à soutenir et célébrer l’émancipation féminine.

Cette journée, c’est la journée qui vise à soutenir les femmes qui, partout dans le monde, luttent pour se voir reconnaître des droits humains. C’est la journée qui soutient les petites filles que l’on excise encore aujourd’hui. La journée qui défend les femmes qui meurent chaque jour sous les coups de leurs conjoints. Qui proclame que la culture du viol qu’on inculque encore aux enfants est intolérable. Qu’être une fille n’est pas une insulte. Que tu mérites le respect. Que peu importe ce qui se trouve entre tes jambes, tu as la même valeur.

Alors comment vous dire, que lorsque je vois des promotions “journée de la femme” sur les aspirateurs, j’ai envie de vomir. Non les gars, ce n’est pas une journée faite pour offrir des fleurs, même si l’intention est mignonne. Ce n’est pas une journée faite pour dire que vous nous trouvez belles. Ni une journée faite pour célébrer un idéal féminin de beauté et de douceur. Sérieusement, vous offririez des chocolats à vos amis noirs pour une journée de lutte contre le racisme ? Non, ce serait assez malvenu.  Dites vous que les fleurs pour la journée des droits de la femme, c’est la même idée. C’est gentil, mais ce n’est pas l’occasion appropriée.

Nous sommes en 2019, et le bilan est le suivant : être une femme est un handicap.

Ton physique, ton comportement, ton mode de vie est passé au crible par la société, qui se sent en droit de te juger pour chacun de tes choix. Même ton contrôle sur ton propre corps est constamment remis en question. Aujourd’hui, en 2019, dans des pays “civilisés”, l’avortement fait débat. Aujourd’hui, en 2019, toujours dans des pays “civilisés”, la victime est encore blâmée dans les affaires d’agressions sexuelles et de viol. Et ce ne sont que deux exemples.

Alors non, pour la journée des droits de la femme, je n’ai pas envie qu’on me dise que je vais bénéficier de -50% sur mon épilation pour me sentir belle. Ce que je veux vraiment entendre, c’est que mon sexe ne sera plus jamais pris en compte pour évaluer mes capacités, et que les petites filles ne souffriront plus pour le simple fait d’être nées femmes. En fait, ce que j’aimerai entendre, c’est que ce n’est pas notre appendice génital qui va déterminer notre valeur dans la vie.

Mais à la place, on me propose de me faire une jolie manucure pour pas cher.

Alors s’il vous plaît, arrêtez de nous souhaiter une bonne fête des femmes comme si c’était la fête des mères. Arrêtez de nous ramener des bouquets comme si c’était la St Valentin. Ne nous offrez pas de réductions sur le rayon beauté et électroménager. A la place, prenez conscience du fait que les inégalités salariales sont réelles. Prenez conscience du fait que le harcèlement de rue est réel. Arrêtez de mansplainer en toute occasion. Montrez du respect à toutes les femmes, parce qu’elles le méritent toutes. Acceptez qu’une femme vous dise non, et que non ne veut jamais dire oui. Passez l’aspirateur sans que votre mère/femme/copine/colocataire ne vous le demande. Bref, soyez simplement féministes avec nous. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :